Pendant qu’à Chambéry on abat les grands arbres

De nombreuses villes réfléchissent aux moyens de réduire les conséquences négatives du réchauffement climatiques par les préservation et le renforcement du nombre d’arbres en ville. A Chambéry, c’est tout l’inverse. Après les abattage successifs sur les rives de la Leysse, le long de la piste cyclable, les tilleuls de la Place de la Gare, ceux de la Place du Palais de justice, les 29 arbres de l’allée centrale du Cimetière Charrière neuve, les huits platanes en plein milieu du Boulevard de la Colonne, Monsieur le Maire s’apprête à continuer la progression du désert par le remplacement d’arbres centenaires par de petits arbres en pots qu’il juge très à la mode.

Article du Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *