Le Conseil de quartier du Biollay adresse à Chambéry Métropole et la Ville ses demandes de modifications … sans réponse pour l’instant

Capture d’écran 2016-09-05 à 21.51.18 AVIS SUR LE NOUVEAU PLAN DE BUS DU
CONSEIL DE QUARTIER CITOYEN DU BIOLLAY
Vendredi 17 juin 2016

Le vendredi 17 juin, le Conseil de quartier du Biollay a rencontré la délégation municipale et les services en charge des transports et du plan de déplacements urbains au sujet du nouveau réseau de bus.
Michel DANTIN, maire de Chambéry ; Josiane BEAUD, 1ère adjointe ; José CREPY, directeur de projet « Transports, déplacements, mobilités, urbanisme » ; Éric LUX, Directeur des transports et
déplacements, Chambéry métropole.

Le Conseil de Quartier Citoyen souhaite remercier la délégation municipale et les services en charge des transports et du plan de déplacements urbains d’avoir accepté notre invitation, lancée le 28 octobre 2015.
A ce titre nous aurions également aimé participer à l’une des nombreuses présentations / concertations ayant conduit au plan du réseau tel qu’il est présenté aujourd’hui, et regrettons que nos demandes n’aient été entendues.

Une refonte du réseau de bus pour de bonnes raisons…
La refonte du réseau est lié au constat qu’aujourd’hui, le réseau intéresse « Trois catégories
d’usagers, pour être précis : les collégiens et lycéens, les personnes âgées et les gens qui ne
possèdent pas de voiture. En d’autres termes, les jeunes, les vieux et les pauvres » (article récent
du journal Le Monde, cité dans le Dossier d’adaptations de voiries nécessaires à la mise en oeuvre du nouveau réseau de bus à la rentrée 2016- p13), et souhaite s’ouvrir à d’autres publics, en particuliers les actifs, action à laquelle nous sommes tout naturellement favorable.
… mais nous donnant l’impression d’être mené dans la précipitation

L’élaboration du nouveau réseau et les choix opérés nous amènent à nous interroger sur l’existence d’une enquête détaillée de la fréquentation des bus par ligne et par tranche horaire.
On ne retrouve aucune information en ce sens. Ce projet étant mis en place en vue de correspondre aux demandes des usagers lors de l’ouverture du pôle multimodale en 2019, pourquoi ne pas avoir attendu la mise en place de la carte Oura et se baser sur des statistiques d’une fiabilité incontestable pour opérer une refonte intelligente ?

Une desserte du quartier du Biollay inégale
Avec une vue macroscopique du nouveau plan du réseau proposé, le quartier du Biollay semble plutôt bien desservi, à proximité de lignes « structurantes » marquées en rouge et jaune, et d’une ligne « secondaire » en orange.
Cependant, avec une focale plus resserrée, on a la sensation d’un choix de tracés assez approximatifs : le plan est ancien, ne comprend pas la rue de Salins, pourtant un axe structurant du quartier ; l’arrêt « Salins » se situe rue Jean Mermoz (impasse) et l’arrêt Grangeat, lui, est rue Blériot (en sens unique). Une telle erreur nous conforte dans l’idée que ce plan a été réalisé dans une certaine précipitation, sans concertation auprès des habitants ayant une bonne connaissance de la réalité du quartier et la zone dite des Berges de l’Hyères.

2/4 – Avis sur le nouveau plan de bus du Conseil de Quartier Citoyen du Biollay – 17/06/2016 : Une refonte en opposition au Contrat de Ville signé par la ville de Chambéry le 17 juillet 2015

« Le secteur du Biollay et de Bellevue présente, au-delà du coeur de quartier (premier grand ensemble
de l’agglomération construit entre 1957 et 1960), plusieurs secteurs distincts et peu connectés : la Favorite, le Petit Biollay et Bellevue. Le coeur du quartier, implanté à l’Est de l’Hyères en limite de Cognin, se compose d’une partie haute, le plateau, et d’une partie basse, les berges, avec une séparation très marquée par la présence de bâtiments très longs, les «chenilles». Il présente un cadre bâti peu structuré, constitué également de petits ensembles résidentiels, avec une présence de grands espaces verts. » (Contrat de Ville, page 6).

En page 10, les deux premiers points faibles cités du quartier du Biollay sont « L’absence de fractionnement des « chenilles » implique toujours une rupture entre le centre du quartier et les berges de l’Hyères », et « Une insuffisance des liaisons entre les différents secteurs du Biollay ».

Le pilier Cadre de vie et renouvellement urbain du Contrat de Ville ambitionne un
désenclavement par une amélioration de la mobilité des habitants ainsi que par un changement d’image des quartiers en facilitant les déplacements dans les quartiers (objectif 2.1), et vers l’extérieur des quartiers (objectif 2.2), en facilitant l’accès aux arrêts des bus notamment en travaillant sur la perméabilité piétonne permettant de rejoindre les axes structurant du réseau de transport en commun (action 2.1.3).
Le secteur des Berges de l’Hyères est ainsi reconnu comme étant enclavé (cité à sept reprises dans le CdV). Cela est dû :
o Côté est : séparation du reste du quartier à cause du relief et des Chenilles
o Côté ouest : rivière l’Hyères traversée seulement par le Pont-Vieux, ouvrage à voute de type
romain (pavés), construit en 1503 et non prévu pour une traversée aisée comme les
normes actuelles peuvent le concevoir.
o Côté nord : immeuble empêchant l’accès à la route de Lyon (propriété privée). Le Chemin des
Vieux Capucins permet seulement de rallier le carrefour (problématique) de la Favorite.
o Côté sud : relief
o Pas d’axes est-ouest permettant de rallier les axes structurants
Le relief est également cité dans le Contrat de Ville « Le relief peut entrainer des problèmes d’accessibilité (Bellevue, conception de Hauts de Chambéry en terrasse avec des ruptures de pentes, Berges de l’Hyères) » page 74.

3/4 – Avis sur le nouveau plan de bus du Conseil de Quartier Citoyen du Biollay – 17/06/2016
Si les distances à vol d’oiseau paraissent courtes, les passages accidentés (Pont-Vieux et rue du
Pont-Vieux coté Cognin) et le relief rallongent considérablement les temps de parcours. A noter que la distance depuis le Pont-Vieux (entrée ouest du quartier) à l’arrêt du centre à Cognin est déjà de 250 mètres.
Il est d’autant plus dommageable d’abandonner le secteur enclavé des Berges de l’Hyères que ce dernier est un quartier neuf (2009 – 2011), qui a fait l’objet d’un important plan de rénovation, où l’habitat est mixte, et les habitants sont majoritairement des familles avec des enfants scolarisés ou en passe de l’être. La desserte par bus était pour beaucoup un facteur décisif pour l’implantation et l’accès à la propriété dans ce quartier. Si ces classes moyennes ne sont plus attirées / retenues, qu’en sera-t-il de la mixité sociale, autre point cité dans le Contrat de Ville, nécessaire au développement et au maintien de la tranquillité ?
La desserte par bus, telle que réclamée par le Contrat de Ville, est en cela un facteur nécessaire à la cohésion sociale.

De plus, le Biollay est le seul quartier de Chambéry (avec Bellevue) à ne pas avoir de collège et à
dépendre exclusivement du centre, d’où le très grand nombre de collégiens (en plus des lycéens) dans les bus du quartier aux heures de pointe, soit en début de matinée, à midi, à 13h30 et 17h30, les élèves du quartier étant généralement externes compte tenu des frais de cantine au coût difficilement supportable pour beaucoup de familles du quartier.

A titre d’exemple, il n’y a déjà plus de places assises dans les bus de 7h11, 7h20 et 7h35 (pourtant forte cadence) à partir de l’arrêt Mairie, situé
pratiquement en début de ligne 9 (4e arrêt).
Si dans le reste de la journée les bus sont moins remplis, le remplissage des bus de la ligne 9 aux heures de pointe ne peut pas être mis en cause. Les établissements dont dépendent le quartier étant tous situés au centre-ville, l’alternative de dépose en voiture individuelle est problématique et non souhaitée.

Il est important de rappeler que si ce quartier est classé en « politique de la ville » (Contrat de
Ville), c’est aussi parce qu’il est peuplé de familles avec enfants scolarisés, de vieux, et de
pauvres. A trop vouloir capter une autre cible, il ne faudrait pas en oublier les usagers principaux et réguliers. Il est dommage d’habiller Paul en mettant Jacques « à poil ».
Beaucoup d’habitants, parfois âgés, ou simplement à mobilité restreinte, ne sont pas aptes à marcher longuement et sur des parcours accidentés pour rejoindre un arrêt de bus. Il faut noter qu’il n’existe pas de voie piétonne traversante directe à cause d’une cause topographie problématique (il faut deux à trois escaliers consécutifs pour accéder au plateau depuis les Berges de l’Hyères).
Sans bus, quel avenir pour le coeur du quartier du Biollay ?
Au-delà du désenclavement des Berges de l’Hyères, la ligne 9, par son passage rue Oradour-sur-Glâne permet la desserte du coeur du quartier : le CSAB et la Maison de l’Enfance sont des usagers réguliers de cette ligne de bus (sorties pour les personnes âgées et pour les enfants). Ne plus desservir ces associations qui font vivre le quartier ainsi que la mairie, mais aussi le marché, les commerces, la résidence des jeunes travailleurs… serait la fin de la vie du quartier du Biollay pour de nombreux habitants.

4/4 – Avis sur le nouveau plan de bus du Conseil de Quartier Citoyen du Biollay – 17/06/2016
Arrêts Salins et Grangeat de la future ligne 2 : un intérêt limité
Le schéma proposé présente deux stations en amont de la correspondance entre ligne A et 2 : Salins et Grangeat. L’intérêt des usagers ne peut se faire que pour se rendre à Jacob. En effet, pour aller à Chambéry, de Grangeat, les usagers se trouvent à proximité de l’arrêt Biollay (160 mètres) situé directement sur la ligne A. Par comparaison, les temps de parcours présentés avec changement de bus à Université Jacob sont alors très défavorables, d’autant que ces temps ne prennent pas non plus en compte des attentes entre bus qui peuvent être de l’ordre de 15 mn dans le sens Chambéry-Salins.
Les passagers souhaitant joindre Jacob pourront toujours le faire avec la ligne Chrono A, ils sont
infiniment moins nombreux que ceux souhaitant rallier le centre-ville.
Quant à l’arrêt Salins, il est situé sur le haut de la rue de Salins, zone peu habitée par rapport à la partie basse de la rue, qui plus est non équipée de trottoirs, et peu attractive de par sa forte pente.
L’analyse du futur plan de réseau montre également que la zone du Petit Biollay n’est plus du tout desservie dans la future maquette.

Proposition :
Maintenir des bus parcourant une partie de la ligne 9 actuelle, aux heures de pointe et à cadencement minimal aux heures creuses. En quittant le quartier par le chemin du Biollay et la route de Lyon cette
ligne permettrait également de desservir le Petit Biollay et ne ferait pas doublon avec la ligne A.
En décalant l’arrêt Grangeat de façon à ce qu’il soit plus proche du carrefour, il permettrait également une correspondance aisée avec l’arrêt Biollay de la ligne A.
Cette solution permettrai de répondre aux besoins des collégiens, des lycéens, des plus anciens,
du coeur de quartier, qui regroupe l’ensemble des institutions, associations et services administratifs, tels que la Mairie de quartier ou la poste, ainsi qu’à plusieurs exigences du Contrat de Ville (Objectifs 1.2, 2.1, 2.2, 4.1 du pilier Cadre de vie et Renouvellement urbain).
Il est à noter que la plupart des équipements de bus sont neufs sur ce trajet.
D’autres économies peuvent être réalisées en contre partie en faisant démarrer la ligne 2 à Université Jacob, car cette ligne n’apporte rien aux habitants du Biollay et obligerait aussi à déplacer l’arrêt Salins qui ne se trouve pas actuellement dans le sens de circulation envisagé par rapport à l’aire de retournement.

Une réflexion au sujet de « Le Conseil de quartier du Biollay adresse à Chambéry Métropole et la Ville ses demandes de modifications … sans réponse pour l’instant »

  1. Bonjour .Je tiens à remercier Josiane Beaud qui n’a pas hésité à se permettre de supprimer ,sans aucun remord, la LIBERTE aux usagés de la ligne 2 des bus STAC,de pouvoir se déplacer le dimanche .Ce bus est en effet supprimé le dimanche interdisant donc le déplacement ce jour là à ceux qui n’ont pas les moyens d’avoir une voiture mais qu’importe, pour renflouer les caisses il faut bien supprimer la liberté des plus pauvres, d’autant plus qu’ils sont minoritaires dans chambéry et pour Josiane beaud qui ne s’intéresse pas à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 , la liberté ne s’arrête pas ou commence celle d’autrui et n’est pas une valeur précieuse et légitime. MERCI !la devise de chambéry pourrait être : »c’est comme ça,donc c’est comme ça ._____(pourquoi je pense à la Corée du nord ???)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *