Marie Thérèse, une mémoire des platanes

Lors de l’assemblée du 26/07/17 du « Collectif des chambériens inquiets » pour l’avenir des platanes du Boulevard de la Colonne , Marie Thérèse, est venue nous expliquer que lorsqu’elle avait 7 ans, elle habitait avec sa famille le même logement dans lequel elle habite toujours au N° 7 du Boulevard de la Colonne. Le 26 Mai 1944 alors que sa mère préparait le repas dans la cuisine, son père entendant le bruit des moteurs des avions a emmené toute la famille dont la petite soeur de trois mois dans l’abris sous le Boulevard. A peine le temps de rentrer et le bombardement démarrait. Lorsqu’après des heures, ils ont pu ressortir plein de poussières (l’accès s’était en partie écroulé) ils ont trouvé un spectacle de désolation, un milliers de morts, l’arrière de leur bâtiment écroulé, mais les platanes toujours debout. Marie Thérèse, pour qui ces arbres portent la mémoire de la Ville, s’est engagée à écrire son témoignage de façon détaillée pour le donner à lire aux membres du Collectif.

Ici « Mémoire d’une ville meurtrie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *